Star Trek, changement d’époque

J’ai eu la chance de voir le nouveau film de J.J. Abrams (le créateur des séries Alias et Lost pour ne citer que ces deux exemples) en avant-première, ce mardi 28 avril. Il s’agit du nouveau  Star Trek.

star trek 2009

Alors, pour être honnête avec vous, quand on m’a proposé cette avant-première, j’ai hésité avant d’accepter. Star Trek j’ai jamais spécialement été fan, Spock, Kirk & l’Enterprise ne m’ont jamais vraiment attirés. J’avais pourtant tenté de m’y mettre il y a quelques années, en regardant le dernier opus de l’époque (Star Trek Generations si mes souvenirs sont bons), mais sans succès. Pis encore, lors de ma dernière sortie ciné avec Mme Bomb, nous avions été bombardés par pas moins de deux teasers et une bande-annonce pour la sortie du nouveau ST, et franchement, nous n’avions pas été très emballés. Ca sent le blockbuster hollywoodien à plein nez : effets spéciaux à la pelle, success story et bons sentiments m’ont l’air d’être les principaux ingrédients de ce film, au maigre budget de 150 millions de dollars. Excusez du peu.

Mais bon, j’ai décidé de mettre de côté mes à-priori, et de me laisser tenter par cette avant-première. Nous entrons dans la salle après avoir montré patte blanche aux 3 vigiles à l’entrée de la salle (« Pas de caméra m’sieur dames ? » euh, non, mais c’est gentil de demander ^^). Le temps d’acheter de quoi nous sustenter durant la séance , et nous entrons dans la salle. Celle-ci se remplit petit à petit, mais, déception, personne n’a tenté l’exhubérance du cosplay. Les ringards :p

19h45, le « présentateur » de l’avant-première s’empare du micro histoire de nous faire une petite présentation de la séance, 2-3 blagounettes pas vraiment marrantes sur les vigiles et poser quelques questions pour faire gagner des goodies Star Trek. Les questions semblent faciles pour les fans de la série présents dans la salle, moi personnellement, je n’y connais rien, donc je regarde ça d’un oeil amusé mais pas spécialement interessé. Ca va, c’est pas trop long, 10 minutes et c’est réglé. Y a plus qu’à attendre le film maintenant !

20h pile, les lumières s’éteignent, ça y est, c’est parti ! Pour celles et ceux qui ne connaitraient pas le gros de l’histoire de Star Trek, voici le synopsis (avec un « i » et non un « y », fichtre) de ce onzième épisode (si j’ai bien compté), qui se veut en fait être le premier :

La plus grande odyssée spatiale de tous les temps voit le jour dans le nouveau Star Trek, mettant en scène le premier voyage d’un tout nouvel équipage à bord de l’U.S.S. Enterprise, le vaisseau spatial le plus sophistiqué de l’histoire.
Dans ce périple semé de dangers, d’action et d’humour, les nouvelles recrues doivent tout faire pour empêcher le plan diabolique d’un être maléfique menaçant l’humanité toute entière dans sa quête de vengeance.
Le sort de la galaxie est entre les mains de deux officiers que tout oppose : d’un côté, James Kirk, originaire de la rurale Iowa, tête brulée en quête de sensations fortes, de l’autre, Spock, issu d’une société basée sur la logique et rejetant toute forme d’émotion. Quand l’instinct fougueux rencontre la raison pure, une improbable mais puissante alliance se forme et sera seule en mesure de faire traverser à l’équipage d’effroyables dangers, là où personne n’est encore jamais allé…

Ouh ouh, ça c’est du teasing pas vrai ? Bon, si ça ne vous parle pas plus que ça, vous pouvez également mater la bande annonce ici.

Ayé, 22h, les lumières se rallument sur le générique final. Bilan des courses, ma critique :

Et bien j’ai beaucoup aimé ce film. Si si, je vous assure. Bon, évidemment, on retrouve certaines grosses ficelles des films de science-fiction, ainsi que, comme je le disais en introduction, les ingrédients d’un bon blockbuster américain. Mais J.J. Abrams réussit à nous mélanger tout çà à une intrigue, qui, sans être le scénario le plus original de l’année, a le mérite d’être efficace et de bien faire coller le film à l’univers Star Trek sans pour autant rebuter les néophytes comme moi.

Les scènes d’action sont impressionantes (en même temps, le budget était prévu pour), et le casting particulièrement bien choisi. Les hommes apprécieront le jeu musclé de Chris Pine, tandis que sa belle gueule ravira les demoiselles, et surtout, tous s’accorderont sur sa façon de rendre Jim Tibérius Kirk attachant, touchant et même drôle parfois. Zachary Quinto n’est pas en reste, lui qui réussit à se débarasser sans problème du personnage de Sylar (qui l’a fait connaître dans la série Heroes) pour être parfaitement crédible en Spock. Les seconds rôles sont dans le bon ton également, à noter qu’on retrouve Karl Urban, le chevalier Eomer de la trilogie du Seigneur des Anneaux (j’avais écrit Eric Bana dans un premier temps, qui joue bien dans Star Trek, mais pas du tout dans LOTR, mes confuses).

Bref, ce Star Trek de J.J. Abrams est une réussite, qui devrait ravir les amateurs de SF, et qui fait rentrer la série Star Trek de plain pied dans le 21ème siècle. N’étant pas, vous l’aurez compris, un fan de la première heure, je me garderais donc bien d’exprimer un quelconque avis quant à la manière dont ce film restitue l’esprit de la série originale. Je me contenterais donc de vous inviter à aller voir ce film à partir du 6 mai, que vous soyez un fan ou non, afin de vous faire votre propre opinion !  ;-)

Mes petits camarades et moi-même finissons par sortir tranquillement de la salle pour regagner nos véhicules respectifs. On se fait des bisous-bécots, on se dit à bientôt – au plus tard le 12 mai pour l’avant première de « Tellement Proches »  – et je regagne mes pénates pour retrouver Mme Bomb. « C’était bien ? » me demande-t-elle. Me croirez-vous si je lui ai dit qu’elle le saurait en même temps que vous, chers lecteurs assidus ?

Non ? OK, vous avez raison, je ne suis pas si muffle  :) Allez, longue vie et prospérité à tous ! \\//_